Le recrutement boomerang

 

 

Connaissez-vous le Volontariat Territorial en Entreprise (VTE) ? Créé en 2018, il vise à encourager le recrutement de jeunes talents, étudiants ou fraîchement diplômés, au sein des PME et ETI de nos régions. WE PAIE vous informe sur ce dispositif encore méconnu.

 

Qu’est-ce que le VTE ?

Le VTE vise à répondre à la problématique de recrutement que connaissent les entreprises de nos régions, en particulier sur des postes qualifiés. Il est parfois décrit comme un « cousin » du Volontariat International en Entreprise (VIE), très prisé des jeunes diplômés car il leur permet d’exercer une mission dans une entreprise française à l’étranger.

Il s’agit donc d’attirer les jeunes talents sur nos territoires, plutôt qu’à l’étranger.

C’est pour cela que les postes proposés dans le cadre d’un VTE comportent de fortes responsabilités : « bras droit » du dirigeant, projet de transformation, développement international…

Côté employeur, le VTE s’adresse aux PME (petites et moyennes entreprises comprenant moins de 250 salariés) et ETI (entreprises de taille intermédiaire dont l’effectif est inférieur à 5 000 salariés). Côté jeunes, il concerne soit les étudiants à partir de bac +2, soit les jeunes diplômés (jusqu’à 2 ans après leur sortie d’études).

Pour conclure un VTE, vous devrez signer une charte. Mais il ne s’agit pas d’un contrat de travail spécifique : la mission pourra prendre la forme d’un contrat en alternance (minimum 1 an), d’un CDD (minimum 1 an) ou même d’un CDI. Les stages sont exclus de ce dispositif.

 

 

Quel est l’intérêt du VTE pour votre entreprise ?

Le VTE a été pensé comme une formule « gagnant-gagnant ».

Pour les étudiants et jeunes diplômés, le VTE permet de se confronter à la réalité du terrain, et offre une expérience dans une entreprise à taille humaine, souvent plus concrète que dans une multinationale.

De votre côté, embaucher un jeune en VTE comporte aussi un intérêt. Dans un contexte de recrutement où les PME et ETI sont souvent concurrencées par les grands groupes, et/ou les entreprises implantées dans les grandes métropoles, l’inscription sur la plateforme VTE donne de la visibilité à votre entreprise. Un accompagnement est d’ailleurs prévu pour vous aider à rédiger vos offres de recrutement.

Grâce au partenariat avec plus de 90 campus d’établissements scolaires, vous avez également accès à un important vivier de jeunes talents : ingénieurs, designers, commerciaux, diplômés en marketing ou encore en management… Miser sur ces compétences spécifiques peut faire partie de votre stratégie pour accompagner le développement économique de votre entreprise.

De plus, étant donné que l’accent est mis sur la formation du jeune recruté, le VTE peut également déboucher sur un emploi durable.

 

 

Quelles sont les aides proposées dans le cadre d’un VTE ?

Depuis mai 2019, le VTE est porté par BPI France, qui gère la plateforme et coordonne le dispositif. Mais il ne faut pas oublier que le VTE s’inscrit dans une démarche résolument locale. De ce fait, il n’y a pas d’aide standard. Chaque collectivité territoriale (région et intercommunalité) définit le montant et les modalités de prise en charge.

L’accompagnement est souvent centré sur les jeunes, dans le but de faciliter leur mobilité et renforcer l’attractivité des emplois en région. Les démarches et coûts inhérents à un déménagement dans une autre région peuvent en effet constituer un frein.

Ainsi, les jeunes signant un VTE en Auvergne-Rhône-Alpes peuvent prétendre à une aide de 1 200 € pour couvrir les frais de déplacement et de prise d’un nouveau logement. En Nouvelle-Aquitaine, l’aide peut atteindre 5 000 € et un accompagnement est également prévu pour le conjoint.

Dans plusieurs régions, certaines aides sont directement destinées à l’entreprise d’accueil. C’est le cas dans les Hauts-de-France, où les entreprises qui embauchent en VTE peuvent bénéficier d’une subvention de 4 000 €.

Autre exemple, la région des Pays de la Loire propose la prise en charge de 50% du montant des coûts salariaux annuels (dans la limite de 20 000 € par entreprise ou groupe d’entreprises). Le poste doit s’inscrire dans la création ou la structuration d’une fonction nouvelle permettant d’accompagner les nouveaux paliers de croissance de l’entreprise.

N’hésitez pas à consulter le site internet de votre région pour en savoir plus sur les aides financières disponibles.

 

 

Notre mission ? vous guider et vous accompagner dans la gestion de vos obligations sociales et dans tous les aspects liés aux ressources humaines. Contactez-nos gestionnaires de paie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *